les 7 nouvelles merveilles du monde

Arrivée à Pétra

Mercredi 7 octobre 2009 : arrivée à Petra.

 

Une fois levés et la toilette effectuée nous prenons pour 1 JD un Taxi direction la station des bus où nous achetons nos billets pour Pétra avec JETT BUS. Le coût du bus d’Amman à Petra est de 6,75 JD par personne pour un trajet de 3h en théorie, 3h30 en réalité ( les jordaniens sont toujours très optimistes sur les qualités de leurs transports en commun, tandis que les taxis ont tendance à exagérer la distance pour vous demander un prix fort "because it is very far my friend"...) mais cela passe vite car le bus est confortable, même si à la fin du trajet le siège de devant a failli nous tomber dessus car avec les vibrations les vis sont sorties.

Durant le trajet nous croisons quelques rares villages parsemés dans le désert aride. Beaucoup de maisons sont inachevées et les constructions à l’abandon. Il fait chaud mais le car est climatisé.

 

Une fois arrivés devant l’entrée du site de Petra nous partageons un taxi avec une fille française pour remonter sur la ville au dessus du site, Wadi Musa ( ville où ont été implantés tous les commerces et hôtels pour protéger le site de Pétra), et trouver un hôtel : elle a lu dans le Routard que le Valentine Inn est sympa et bon marché, nous la suivons. En effet l’hôtel a bon aspect, la chambre double est spacieuse avec une salle de bain qui n’est pas délabrée mais elle coûte tout de même 20 JD. Nuno descend au centre-ville chercher du cash au distributeur et en profite pour faire la tournée des hôtels : il trouve l’hôtel SABAA à 10 JD certes un peu plus routard…(la salle de bain dans la chambre n’a pas d’eau chaude, il faut descendre au sous-sol pour avoir une douche chaude, mais rudimentaire) Il remonte mais carole n’est plus à la réception du Valentine, la réception du Valentine lui avait proposé un thé et avait monté nos affaires dans une des chambres. Nous négocions le prix avec le Valentine, ils ne veulent pas baisser par conséquent nous récupérons nos passeports et nous quittons donc le Valentine Inn pour l’hôtel Sabaa.

 

Nous posons nos affaires et nous faisons un tour dans la ville assez insalubre où nous croisons mille et un chats errants parmi les ordures qui traînent sur les trottoirs du haut la ville. Plus on s’approche du site plus la ville est propre, plus les hôtels sont luxueux et plus les restaurants et magasins sont chers. Une bouteille d’eau de 1,5 litres coûte 50 centimes en haut de la ville, 1 dinar en bas de la ville, à l’entrée du site pour 1 dinar vous n’avez plus qu’une petite bouteille de 33 centilitres, et dans le site vous la paierez 2 dinars. Pensez donc à faire vos provisions avant…

 

Nous déjeunons et perdons du temps inutilement dans une agence d’excursions qui propose des tours à des prix exorbitants. Nous descendons à l’entrée du site de Pétra et prenons le pass 2 jours pour Petra à 26 JD par personne et entrons dans le site à 15h.

 

Nous voilà à l’intérieur de la Cité Rose : la deuxième des 7 nouvelles merveilles du monde que nous parcourons. Pétra est considéré par les jordaniens comme leur plus grand trésor ( d’où le nom du Temple), et constitue la première attraction touristique du pays.

A l’entrée du site, une fois le tourniquet passé, des bédouins ( peuple qui vit dans les montagnes et déserts de Jordanie, à l’abri du monde moderne) nous proposent immédiatement ballade à dos d’âne, cheval ou calèche pour descendre le chemin qui mène au centre du site antique. Nous refusons et descendons à pied, nous passons devant des grottes, la Tombe de l’Obélisque et le Triclinium de Bab as Siq puis nous pénétrons dans le SIQ : long couloir de 1200 mètres creusé dans la roche par les Nabatéens  il y a plus de 2 200 ans, un ancien peuple arabe arrivé en Jordanie au 2éme siècle avant Jésus-Christ.

Les nabatéens furent un des peuples les plus talentueux de l’histoire. Ils firent de Pétra un point de jonction primordial dans  la route de la soie, de l’encens et fourrures animales, et un lieu de passage incontournable pour le commerce de l’époque ( « les caravanes ») permettant de relier la Chine, l’Inde et le sud de l’Arabie à l’Egypte, la Syrie, la Grèce et Rome. Le royaume nabatéen est devenu ainsi un des plus importants de son époque, avant d’être annexé à l’Empire Romain en 06 après Jésus Christ. Les routes commerciales marines ayant peu à peu remplacé les routes terrestres, Petra a été abandonnée au XVIème siècle pendant pratiquement 300 ans et a été redécouverte par un voyageur suisse nommé Johan Ludwig Burchardt en 1812.

Aujourd’hui Pétra est classé patrimoine mondial par l’Unesco et a été élu une des 7 nouvelles merveilles du monde le 7 juillet 2007.

 

C'est impressionnant de s’engouffrer dans le SIQ, de chaque côté les parois atteignent plus de 8O mètres de haut, le couloir est large parfois seulement de 2-3mètres, il faut se coller au mur pour laisser passer les chevaux et attelages qui remontent à vide à toute vitesse pour aller chercher d’autres touristes à descendre. ( Le prix de la course dépend de votre nationalité, de votre force de négociation et peut être de votre poids…). Les parois sont d’une beauté exceptionnelle, aux couleurs changeantes : du rose au rouge vif en passant par le beige et le gris. De nombreuses cavités sont creusées, des œuvres d’arts sont peintes, des fresques dessinées et des formes et figures taillées. Des temples et théâtres sont taillés dans la roche même. Tout le long du Siq un incroyable canal longe la paroi, et permettait d’apporter l’eau pour arroser les terres agricoles de Pétra à travers des systèmes ingénieux d’irrigation et de rétention de l’eau.

 

Face au Trésor :

Au bout du Siq on arrive sur « le Trésor La-Khazneh» : magnifique temple de 30 mètres de large et 43 mètres de haut, creusé directement dans la roche par les nabatéens. Ce temple est d’une beauté indescriptible que ce soit par des textes ou des photos.  Il faut le voir pour le croire. Pour beaucoup c’est le plus beau temple de Pétra, c’est celui qui figure en couverture de la plupart des livres et guides de la région et sur la majorité des cartes postales.

Le trésor est comme les autres temples de Pétra, le fruit d’un mélange de tous les styles d’architecture et de culture classique gréco-romaine, égyptienne, et arabe… ce qui montre l’ouverture d’esprit des Nabatéens qui ne croyaient pas en l’exclusivité et la suprématie nationale. Nous poursuivons et passons devant une multitude d’autres temples plus petits et de tombeaux royaux.

 

Tout le long du parcours des stands de vendeurs ambulants proposent souvenirs en tous genres ou boissons. Précédés d'un couple français homosexuel et suivis de deux chinoises, nous prenons des escaliers pour une ascension qui durera une bonne heure au bout de laquelle nous arrivons au sommet du Haut plateau des Sacrifices, une colline rocheuse qui nous offre une somptueuse vue sur la vallée de Pétra.

 

Nous rentrons en fin de journée épuisés, puis nous nous offrons un excellent diner : Maghluba, une petite assiette de crudités tomates-concombres, avec une grande assiette de poivrons, tomates, riz et poulet parfumés.

Pendant le dîner nous observons la ronde de policiers qui surveillent la ville toute la nuit : l’un d’entre eux passe son temps à aller d’une boutique à l’autre pour discuter avec le gérant ou les touristes. Il viendra même s’asseoir à côté de notre table où il racontera sa vie à deux touristes anglaises. Pétra est une ville très sécurisée... Rassasiés nous allons au cyber café donner des nouvelles aux proches et nous nous couchons.



09/10/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres