les 7 nouvelles merveilles du monde

Arrivée sur Huaraz et Laguna Churup

Mardi 10 novembre 2009

 

photos de la journée

On se réveille pour prendre le petit déjeuner à 8h30. On prévient la famille par mail que tout va bien puis on quitte l'hostal vers 11h 30 pour faire une randonnée d'acclimatation jusqu'à la lagune Churrup qui se trouve à 4485 mètres  d'altitude. En effet avant d'entreprendre un treck de plusieurs jours à haute altitude, il faut préparer son corps notamment à la respiration difficile.

 

Pour se rendre à la laguna churup depuis Huaraz, il faut prendre tout d'abord un combi à l'angle des calles Caraz et Comercio, jusqu'au village dénommé Llupa ( 45 minutes de trajet) d'où commence la randonnée d'environ 5 heures de montée et 4 heures de descente ( on pensait que c'était 5 heures au total). Nous passons  d'abord par le centre-ville acheter une carte sim péruvienne vu que la notre est tombée en panne au Mexique. Certes nous n'utilisons jamais le portable depuis le début du voyage, ce qui est assez agréable. On s'est complètement défaits de cette manie que nous avons tous de regarder son portable à chaque fois qu'on entend une sonnerie même si ce n'est pas la notre… Mais il nous faut tout de même une puce pour pouvoir utiliser le portable en cas d'urgence ( c'est à ça que servaient initialement les portables), avoir accès à toutes les données et coordonnées que nous avons sauvegardé dans le portable, et surtout écouter de la musique…

 

A l'arrivée à l' « arrêt » du combi, deux jeunes péruviennes de Llupa attendent déjà. Elles sont habillées avec des couleurs très flachies : une longue jupe bleue, un chemisier blanc sous un gilet rose et un autre turquoise. Coiffées de deux longues nattes cachées sous un long chapeau, elles portent sur leurs dos une bassine envelopée dans une « manta » multicolore typique du pérou. Elles sont assez « carrées » et pas très grandes comme la plupart des locales. Nous discutons puis rigolons un peu avec elles. D'abord timides, elles se montrent ensuite très curieuses. Elles sont venues en ville faire des courses et repartent chargées comme des mules dans leur village avec des provisions pour plusieurs semaines. Le combi arrive, Nuno manque de se casser le dos en voulant les aider à porter leurs bassines…elles transportent un poids incroyable, et toujours avec le sourire. Dire que nous on se plaint avec nos 20 kilos dans nos sacs à dos molletonnés…

C'est assez folklorique les combis au Pérou. Le combi est en réalité une voiture mais dedans on y rentre à 10 au lieu de 5 (le coffre accueille évidemment aussi des passagers, et quand ce n'est pas suffisant on peut même parfois monter sur le toit !). Nous faisons donc le trajet à 10 dans ce combi, il faudra parfois descendre car le chemin est abrupte et la voiture trop chargée accroche le sol.

 

Ensuite,  nous commençons la montée jusqu'à Pitec. Le chemin en terre est très pentu, on dirait l'ancien chemin qu'il fallait prendre pour aller voir les grands parents de Nuno a Rebordoes…Il faut un temps pour s'acclimater, l'ascension est difficile, Carole a des difficultés à respirer en raison de l'altitude. Le chemin traverse quelques villages où il y a plus d'animaux que d'habitants. Nous croisons  une école avec un joli slogan : « la educacion es el trabajo de todos ». On fait quelques pauses pour profiter des magnifiques paysages, peuplés seulement de troupeaux de moutons ou de vaches surveillés par quelques bergers et leurs chiens aux dents aiguisées. Nous arrivons sur Pitec et faisons une pause déjeuner et photos puis des villageois  nous disent qu'il est trop tard pour monter jusqu'à la lagune. En effet, il est déjà plus de 14 heures et il faut encore plus de trois heures de marche pour arriver à la lagune. Or ici, il fait nuit tôt. Cela peut donc s'avérer dangereux, surtout que nous n'avons pas sur nous notre lampe frontale.

 

Cette randonnée jusqu'à la lagune Churup pour être réalisable en entier  doit être débutée à 7 heures du matin, or mal informés nous l'avons commencé vers midi...On redescend donc vers Llupa en écoutant de la musique grâce au portable de Nuno, qui refonctionne grâce à la puce péruvienne récemment achetée. La ballade est d'autant plus agréable. Mince, au bout d'un certain temps on se rend compte qu'il n'y a plus de musique : Nuno a fait tomber son portable en route sans qu'on s'en rende compte. On rebrousse chemin, carole exténuée s'arrête sur un rocher alors que Nuno continue de remonter en courant pour éviter qu'un autre passant ne mette la main dessus…Grrrr il ne trouve rien sur le chemin, puis il a un flash et se souvient l'avoir éteint au moment où nous avons croisé une vieille dame qui remontait avec son troupeau et son chien, pour ne pas faire peur aux animaux. Le portable est peut-être tombé à ce moment là car il s'est baissé pour prendre une photo. Il remonte donc jusqu'à cet endroit, et miracle, il retrouve son portable. Quelle chance !!!

 

Arrivés à Llupa un combi attend déjà. On grimpe en direction de Huaraz. On arrive il fait déjà nuit, et on se dirige vers le centre faire à nouveau le tour des agences  en quête d'informations sur le Treck de Santa Cruz. Finalement nous décidons de faire le treck  par nous même, sans agence, car c'est tout à fait faisable et les agences demandent un prix exorbitant :  90 dollars par personne est le moins que nous ayons trouvé après dure négociation, certaines agences demandent 300 dollars ! On part voir l'agence Enrique Expeditions, qui loue du matériel de montagne pour les treks. Nous louons tente, tapis de sol, réchaud, couverts, assiettes, casseroles et verres, et gaz pour  100 soles pour 4 jours. Par sécurité, nous achetons deux bonbonnes de gaz mais il est possible de rendre celles non entamées.  Nous versons alors un acompte de 50 soles puis partons faire les courses au marché pour avoir des vivres pendant ces quatre jours de treck.

 

Avant de retourner à l'hostal nous goutons enfin au diner  à 3 soles chacun. ( 1  euro = environ 4 soles) Pour ce prix nous avons le droit à une soupe, un plat et une boisson ! Ce n'est pas cher et c'est bon ! Après ce copieux diner nous rentrons préparer nos sacs pour le treck. Ouahouuu on doit emmener beaucoup plus de choses qu'on imaginait : tout le matériel de camping, les vivres, les ponchos, les sacs de couchage…On va devoir finalement prendre nos deux sacs. Le sac de Nuno est très lourd. Il est presque 3 heures du matin quand nous finissons d'empaqueter le tout.  Nous nous levons dans 4 heures…

L'ascension risque d'être difficile !



26/11/2009
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres