les 7 nouvelles merveilles du monde

Fiesta de los Muertos, Visite de Chichen Itza et départ vers Tulum

Dimanche 1er novembre : Fiesta de Los Muertos.

Après le petit-déjeuner, nous mettons à jour le blog et préparons nos affaires pour partir vers Chichén Itza, alors que Raul se repose quelques heures. Approche l'heure des adieux, Raul merveilleux jusqu'à la fin se propose de nous déposer à notre terminal de bus car il part déjeuner en famille à l'occasion de la Fiesta de los Muertos.

Topo sur la Fiesta de los Muertos :

La Fiesta de Los Muertos est l'une des fêtes annuelles les plus importantes au Mexique. C'est un mélange de la Toussaint Chrétienne  et du reliquat des traditions et croyances Maya. Jusqu'au plus petit village on fête l'arrivée de l'esprit de « Hanan Pixan » dans le monde des vivants. Hanal Pixan est la divinité qui assure la connexion entre la vie et la mort, et annonce l'arrivée du mois de Novembre qui dans le calendrier Maya, signifie «  la fin » où la nature se montre alors capricieuse et savante. Novembre est également l'unique mois où fleurit « x-pujuk », la fleur jaune avec laquelle on décore les autels des églises pendant la Toussaint.

Tous les Mexicains honorent leurs ancêtres pour permettre le retour de leurs âmes dans le berceau familial pendant cette fête. A cette occasion, on nettoie toutes les maisons, les cimetières et les tombes. On décore les maisons avec des poteries, on allume des bougies et de l'encens, on sort des couvertures brodées avec des couleurs vives sur lesquelles seront posées les offrandes pour les morts.

Le 31 octobre au soir on prépare des pâtisseries et sucreries, en guise d'offrande aux enfants récemment décédés.  On allume alors de l'encens pour permettre aux âmes de venir chercher les offrandes qu'on leur a préparées.

Le 1er novembre au soir, on prépare les offrandes pour les personnes décédées adultes. Et le 2 novembre, férié national, tout le monde va à la Messe célébrée dans le cimetière municipal en l'honneur des fidèles défunts.

 

Visite de Chichen Itza : Notre Cinquième Merveille du Monde.

 

Déposés par Raul au terminal de Mérida, nous prenons un bus vers Chichén Itza. Le terminal économique se situe juste en face du terminal ADO, et assure le même itinéraire pour 70 pesos par personne mais le prochain bus part plus tard et met une heure de plus. Nous partons donc avec ADO, le trajet en bus entre Mérida et Chichen Itza dure 1h45 pour 96 pesos par personne.

Topo sur Chichén Itza :

Chichén Itza, âgée de 1553 ans est l'un des plus importants sites archéologiques de l'Histoire Maya, située à une heure et demie de Mérida. Le nom de Chichén Itza provient des mots Mayas « Chi » : la bouche, « Chén » : un puit, et « Itza » : le nom du village où se trouve la pyramide. Le 7 juillet 2007 la pyramide Chichen Itza a été élue une des 7 nouvelles merveilles du monde, ce qui l'a fait connaître du grand public. Chichen Itza se compose de plusieurs pyramides, (dont la fameuse pyramide de Kukulcan), du Temple des guerriers, le Terrain de Jeu de « la Pelota », las Monjas y Caracol, mais également de l'énorme Cénote Sacré. Il s'agit d'un Cénote ouvert, au fond duquel on trouve des poteries, de la céramique, de l'or, du jade au milieu des squelettes…Les cénotes étant le lieu de transition entre la vie et la mort c'est là qu'on déposait les corps des défunts avec les offrandes.

Malheureusement depuis 2006 on ne peut plus escalader les pyramides en raison d'un accident mortel et du nombre important de touristes visitant la zone et qui endommagent la structure des pyramides. Un spectacle de Sons et Lumières est assuré quotidiennement à Chichen Itza, à 19h00 l'hiver et 20h00 l'été. Le prix d'entrée à Chichen Itza est de 111 pesos par personne inclut l'accès à ce spectacle.

La visite de notre cinquième merveille du monde :

Après nous acquitter des 111 pesos par personne, alors que c'est gratuit aujourd'hui pour les mexicains car nous sommes dimanche ( cf. plus haut la justice distributive et l'égalité géométrique),  nous déposons nos sacs à dos dans la bagagerie surveillée gracieusement mise à disposition des touristes à l'entrée du site de Chichen Itza.

Incroyable ! Avant de commencer la visite nous nous rendons aux toilettes. Alors que Nuno se soulage la vessie, il voit arriver deux types qui se  mettent l'un à sa gauche, l'autre à sa droite alors qu'il y a plein d'urinoirs disponibles. Il ne prête pas attention, puis les types se regardent et disent :

-          « Te lo habia dicho ! ( je te l'avais dit)

-          Si me lo habias dicho ! ( oui tu me l'avais dit)

-          Yo lo sabia que ibamos a encontrar a Nuno y Carole  por aca ! te lo habia dicho R2 ! ( Je savais que nous allions retouver Nuno et Carole par ici. Je te l'avais dit R2 !)

-          Si, me lo habias dicho R1 ( oui tu me l'avis dit R1 !) »

Et là Nuno explose de rire, c'est les Robertos père et fils ! C'est incroyable il ya des centaines de visiteurs et des dizaines de toilette et le hasard a fait que nous nous retrouvons dans ces toilettes à ce moment ! R1 et R2 nous expliquent qu'ils sont partis la matinée à la plage à Progresso mais la météo y était mauvaise, la mer y était encore plus agitée que la veille. Par conséquent ils ont décidé d'aller à Chichen Itza avec la voiture de Rafael, resté en famille pour la fiesta de los muertos. Ils nous ont envoyé un mail le matin, mais n'ayant pas eu accès à internet nous ne l'avions pas vu. Ils proposaient justement de nous y emmener pour nous éviter le trajet en bus.

On visite le site ensemble, R1 joue au guide, il connaît bien le site qu'il a visité plusieurs fois. Devant les temples si vous tapez des mains, le son ricoche sur les escaliers en reproduisant un petit bruit amusant.

Le site ferme à 17 heures et dès 16 heures trente le personnel commence à diriger les touristes vers la sortie. Nous sommes un peu déçus par cette 5ème merveille du monde. Certes la pyramide de Kukulcan est imposante et très jolie, puis d'autres monuments comme l'Observatorio montrent l'incroyable savoir des Mayas en avance sur leur temps : ce sont eux qui ont inventé le calendrier de 365 jours, le zéro, les solstices….Mais c'est dommage de ne pas pouvoir escalader les pyramides, et nous avons visité d'autres sites archéologiques à nos yeux bien plus  impressionnants comme Tehotihuacan, Monte Alban et Palenque… Nous restons donc un peu sur notre faim car nous pensions que Chichen Itza aurait pu détrôner Petra vu que Nuno est un fan des civilisations précolombiennes.

De plus, ce qui doit jouer dans notre jugement, ce soir le spectacle sons et lumières est annulé ( en raison d'un concert de Sarah Brightman la veille sur le site de Chichen Itza), nous sommes forcément un peu déçus. Du coup nous sortons du site plus tôt que prévus, et ne savons pas trop quoi faire car le dernier Bus ADO pour Tulum est déjà passé. Nous demandons s'il y a un bus économique. Miracle ! il y en a un dans 10 minutes. Nous achetons nos billets de bus de Chichen Itza à Tulum, un trajet de 3 heures pour 78 pesos par personne. Il nous manque 1 peso qui nous sera prêté par R2 pour nous éviter de perdre du temps au distributeur automatique. Nous récupérons en vitesse nos affaires à la bagagerie, et nous nous dirigeons  vers l'arrêt de bus devant le site.  Nous disons une nouvelle fois adieu à nos amis R1 et R2 qui, toujours aussi sympathiques, nous avaient proposé de nous ramener sur Merida à leur hôtel, pour prendre le premier bus vers Tulum le lendemain matin. Nous ne verrons plus R1 car il sera en déplacement en Nord du Mexique quand nous rentrerons sur Mexico City. On reprendra contact à cette occasion avec R2 qui s'est gentiment proposé de nous faire visiter sa région.

Cette rencontre avec les Robertos père et fils a été incroyable. Ils ont été super sympas avec nous et nous ont fait partager des moments de rigolade et de bonheur intense. Ce sont nos Jawad mexicain ! La complicité entre eux est exemplaire, on dirait les deux meilleurs amis du monde ! C'est très beau et touchant ! Nous en profitons pour faire un gros bisou spécial à nos papas que nous aimons très forts et qui nous manquent ! ( bisous également pour les mamans, les frères et sœurs, belle-sœur et toute la famille bien sur !)

Notre bus pour Tulum arrive en retard ; carole voit que bus a l'air presque plein et se doutant que personne n'allait sortir au parking du site archéologique qui est fermé, elle se dirige illico à l'avant du bus pour garder des places pendant que Nuno range les bagages dans la soute. Carole a pu ainsi réserver les deux dernières places côte à côte. Bien installés au fond du bus nous voilà partis direction Tulum, pour la poursuite de notre trip d'une façon un peu plus relax car le premier mois de voyage a été très éprouvant physiquement.

 Le car fait un premier arrêt à Valladolid où tous les locaux descendent. On n'est plus que 3 dans le bus  avant que les nouveaux passagers arrivent, on se réserve  les 4 places à l'arrière pour se coucher et dormir un peu. Nous arrivons enfin à Tulum au bout de 3 heures de trajet, il fait nuit.

On ne sait pas où on va dormir comme d'habitude, on a entendu parler de « cabanas » sur la plage de Tulum, des sortes de petits bungalows. Au terminal de bus de Tulum, une rabatteuse nous propose une chambre double d'abord à 300 pesos, puis finalement à 250 pesos pour 2 avec petit-déjeuner. Elle nous précise que la plage proposant les fameuses cabanas se trouve à 7 km  du Centre où nous nous trouvons et la seule possibilité pour y aller c'est de prendre un taxi à 45 pesos. On cherche alors une auberge dans la ville mais c'est assez cher par rapport au reste du pays. On sent qu'on est arrivés dans une zone plus touristique. Dans de nombreux endroits les prix sont affichés en dollars.

On ne trouve rien à moins de 250 pesos (on s'était habitué à moins de 150 pesos la nuit) mais on nous rétorque qu'à la plage c'est encore plus cher ! Toutefois, on a acheté un hamac et on veut en profiter, on part donc avec l'envie de dormir au bord de la mer dans notre hamac. On marche quelques kilomètres, on fait du stop sans trop de résultat. Un type s'arrête mais finalement ne nous prend pas car il ne se dirige pas vers la route de la plage. Il nous dit que personne ne prend cette route à cette heure là, on continue donc à pied on voit l'auberge de la rabatteuse, à mi chemin entre le centre-ville et la plage. On entre quand même pour voir, ça ne nous inspire pas confiance, l'auberge est vide et le réceptionniste est antipathique comme pas possible. On continue notre chemin vers la plage en faisant du stop. Deux jeunes, chacun sur sa moto passent devant nous, puis font demi-tour pour revenir nous chercher. Nous montons chacun sur une des motos avec nos gros sacs. C'était super marrant. Ils nous expliquent qu'ils habitent au centre de Tulum et travaillent à la plage dans un restaurant. Aujourd'hui ils étaient de service de jour, mais ils vont à la plage chercher leurs collègues, qui eux ont fait le service de nuit, pour leur éviter de payer 45 pesos de taxi ! La solidarité des jeunes travailleurs locaux! Ils nous déposent devant les Cabanas Tribal Village, les cabanas les plus économiques de la plage de Tulum : à partir de 300 pesos alors que dans la plupart des autres cabanas le prix commence à 600 pesos.

On rentre dans l'enceinte du Tribal Village, on s'enfonce dans la forêt de cocotiers à travers un chemin de sable éclairé par des torches. On se croirait dans le chemin du confessionnal de l'île de la Tentation !!! Le village est désert, on ne croise personne, ni à la réception ni dans les cabanas. Le village a l'air abandonné. Au bout de 15 minutes et après avoir fait 3 fois le tour des lieux, nous trouvons un garde de nuit allongé par terre avec une énorme machette à ses côtés. Il a une vraie tête de truand Mexicain, avec son faux air de Charles Bronson. Il dort, on hésite puis on le réveille et on lui demande si on peut poser notre hamac. Il est d'accord mais demande 200 pesos on négocie à 150 pesos, soit la moitié du prix d'une cabane.

On commence donc à installer notre hamac sur la plage entre deux cocotiers, à une vingtaine de mètres de l'eau.  Le garde nous conseille de décaler notre hamac sous le chapiteau de la terrasse car il risque de pleuvoir. Nous voilà couchés dans notre hamac, à la belle étoile. C'est paradisiaque ! Le bruit des vagues est relaxant, le ciel est magnifique, les étoiles brillent et on n'a pas l'impression qu'il soit si tard en raison de la clarté provenant de la pleine lune.

On vous avoue qu'on ne dormira pas très bien, le hamac est neuf et nous semble anormalement petit par rapport à celui que nous avions essayé. Pendant un moment on croit qu'on s'est fait arnaqué, qu'ils ont échangé les hamacs au moment de nous le donner. En réalité c'est parce qu'il est neuf, dès le lendemain il a acquis sa taille normale. Puis nous sommes sur nos gardes, on sursaute au moindre bruit, on a peur de se faire voler nos affaires qui sont à l'air libre et donc facilement accessibles. Puis c'est stressant d'entendre le bruit de la machette du garde qui se trimballe toute la nuit entre les cabanas.



05/11/2009
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres