les 7 nouvelles merveilles du monde

Noël dans le salar d'Uyuni

Jeudi 24 décembre 2009 : Un étrange réveillon de noël.

A 6 heures, nous sommes réveillés par Octavio afin de prendre le petit-déjeuner. Nous quittons l’hôtel vers 6h45 afin de nous diriger vers le Sud Lipez.

 

Nous assistons au lever du soleil et passons par des endroits magnifiques, les paysages tous plus beaux les uns que les autres se succèdent sans se ressembler. On traverse un désert aux couleurs changeantes, on a l’impression d’être face à des peintures.

 

On s’arrête pour faire des photos sur le site « el arbol de piedra », une étonnante roche en forme d’arbre, on traverse le désert puis on arrive sur la « Laguna Colorada ». Malheureusement, en raison du temps devenu nébuleux, la lagune ne nous a pas semblé si colorée que ça. Elle aurait du être rouge vive mais aujourd’hui elle est plutôt rose pâle.

 

Nous arrivons à l’hostal vers 16 heures. Contrairement à celui de la veille, il est rustique et rudimentaire. Il n’y a pas de douche et nous dormirons tous ensemble dans un dortoir. Nous jouons tous ensemble au jeu de cartes australien enseigné par  Daniel et Lotee. Nuno n’est pas très chanceux à ce jeu et perd souvent, du coup il se retrouve « l’esclave » du jeu et c’est toujours lui qui doit mélanger et distribuer les cartes. Le jeu n’en n’est pas moins divertissant, et nous permet de passer le temps.

Vers 16h30, Octavio nous apporte notre gouter : café ou thé avec des petits gâteaux délicieux. Une petite fille d’environ 7 ans vient jouer de la guitare et chanter pour les touristes en échange de quelques petites pièces.

Nuno va faire des photos du coucher de soleil qui semble embraser les montagnes de sable et rencontre des petits enfants en train de se réchauffer et de jouer autour d’un feu, il sympathise avec eux et ils lui chanteront joyeux noël en bolivien. C'est un moment super beau et émouvant.

Vers 20 heurs on dine, c’est bon mais il ne s’agit pas d’un repas de noël comme on les connait dans nos familles.  On n’a même pas eu droit à un  dessert. Gardez- nous quelques parts de gâteau ! Octavio, contrairement aux autres guides qui resteront éveillés jusque tard dans la nuit en train de boire de l’alcool, se couche à 20h30 ; il est triste car  il est loin des siens en ce réveillon de Noël. Il travaille en cette date, mais aurait préféré être près de ses enfants ce soir…Il ne viendra même pas partager notre diner. Nous sommes tous un peu nostalgiques de nos familles en cette date si importante, du coup tout le monde se couche à 22 heures. Ca nous change des noëls en famille où tout le monde a hâte que les 12 coups de minuit sonnent pour enfin ouvrir les cadeaux. Cette année pas de cadeaux, mais ce qui est le plus dur : pas de famille…On pense encore plus à vous dans ces moments. On ferme les yeux pour s’endormir blottis dans nos sacs de couchage, et on se rappelle les joies des Noëls en famille… « Olha quem é ? é o Pai Natal !!! »

Vendredi 25 décembre : Joyeux noël, loin des notres.

 

On se réveille à 4heures pour partir à 4h30. On part vers le bain thermal naturel à 4800 mètres d’altitude, il fait super froid mais c’est bizarrement agréable de se dévêtir pour se baigner dans l’eau chaude au milieu d’un paysage merveilleux. On se sèche et on prend le petit-déjeuner, Nuno ne mange pas beaucoup car il ne se sent pas très bien : saudades ou mal d’altitude ?

On traverse le « désert de Salvador Dali », puis on arrive à la « Laguna verde » qui une fois encore ne nous offre pas les meilleures couleurs en raison du temps : le soleil est caché derrière les nuages donc le reflet du volcan dans l’eau est à peine visible. On prend tout de même quelques photos typiques.

 

On part ensuite vers la frontière avec le Chili pour déposer Lotee et Daniel. On prend les dernières photos ensemble dans un bus abandonné et on fait nos adieux. On repart en direction de la laguna colorada en espérant qu’elle soit plus colorée que la veille, mais malheureusement le ciel est encore couvert. On fait alors une pause déjeuner à Villa Mar où l’on peut apercevoir sur une colline l’épave d’une avionnette qui s’est écrasée ici il y a quelques années. On fait une nouvelle pause photo au « valle de rocas » où on découvrira une « viscacha » ( sorte de gros lapin qui vit dans le désert) perchée sur un des rochers. On visite ensuite le village de San Cristobal qui n’a rien de particulier à part d’abriter tous les mineurs de la mine du coin. Apparemment, c’est une ville très riche car la route est en bon état, la ville possède même une ligne de train et un aéroport privé !

On rentre sur uyuni vers 17 heures, on file sur internet souhaiter un joyeux noël à la famille mais les parents de Nuno ne sont pas à la maison et le portable ne répond pas. On reste 20 secondes avec le papa de Carole mais il y a une coupure d’électricité dans toute la ville d’Uyuni et nous sommes coupés ! On découvre les e-mails émouvants de nos familles puis on retourne à l’hôtel, Kantha et Mauro ont gardé nos affaires dans leurs chambres. Ils nous offrent le typique réchauffeur d’eau que tous les Argentins possèdent afin de pouvoir toujours préparer leur mate. On fait nos adieux et on part en ville avec la famille française pour diner, mais tout est fermé en raison de la coupure d’électricité. L’heure tourne, on trouve un restaurant éclairé aux chandelles mais il est déjà trop tard pour nous car nous avons un bus à prendre dans moins de 30 minutes. On achète alors rapidement des hamburguers et on file au bus sous une pluie forte.

On a une mauvaise surprise en arrivant dans le car. Au lieu d’un bus cama c’est un minibus d’une trentaine de personnes, avec petits sièges non inclinables et peu spacieux ! Ha la Bolivie, ou l’article de mentir !



09/03/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres