les 7 nouvelles merveilles du monde

Rome la ville aux mille et une fontaines

Dimanche 4 octobre 2009 : La ville aux mille et une fontaines :

 

Ma c'est qui ? Ma c'est où ? Maximoooo…

Aujourd'hui, on s'est baladé tranquillement sur Rome pour un voyage dans le temps. On est tout d'abord allé voir le Circo Massimo donnant vue sur le Palatino. Il a été difficile de s'imaginer ce qu'a pu être ce site, aujourd'hui dévasté. Il ne reste pratiquement aucun vestige. Y en a-t-il vraiment eu ???On dirait un simple terrain vague où les petits jouent au ballon, les adultes s'y promènent ou y pique-niquent. Certains clandestins y passent la journée, mais ce n'est tout de même pas « la Jungle ». Du Circo Massimo on a une super vue sur le Palatino.

 

Une partie de Menteur-Menteur :

Ensuite, on est passé par hasard devant l'Eglise S. Maria in Cosmedin qui date du VIIIème siècle. Cette église d'allure simple est dominée par un des plus beaux campaniles romains de la ville. Il y avait étrangement énormément de gens faisant la queue devant l'Eglise. On s'est donc dit qu'il y avait certainement une particularité à ne pas rater. Effectivement, tout le monde voulait une photo avec la Bocca della Verità. En effet, la légende dit que la Bocca dit la vérité, ainsi on met sa main dans la bouche de la vérité et si notre main n'en sort plus, c'est qu'on ment ! A notre tour nous nous soumettions au jugement et nous engouffrons nos mains dans la « Bouche de la Vérité ». Ouf, on a pu sortir notre main tous les deux sans problème : soit nous ne sommes pas des menteurs soit on ment bien…

En sortant, on assiste à un défilé de motards et motos de tous genres qui font un boucan d'enfer, et on continue sur le grandiose Teatro di Marcello qui pouvait accueillir, du temps d'auguste, 15 000 personnes. Puis nous arrivons sous le portique dédié à sa sœur Octavia, qui donne sur la Via d'Ottavia menant au quartier juif de Rome appelé « le ghetto » où la plus ancienne communauté de Rome a été cantonnée à partir de 1555. Le ghetto était encerclé d'une muraille qui n'est tombée qu'en 1870. Nous passons devant des pâtisseries et restaurants juifs puis assistons à un sympathique concert d'accordéon en plein air. Plus tard nous reviendrons faire des photos devant la sublime Synagogue, un des lieux les plus gardés de Rome : un « carabinieri » armé jusqu'aux dents est posté à chaque coin de la Synagogue.

 

Nous déjeunons devant le colossal Panthéon niché sur une toute petite place bondée de monde, avec encore une jolie fontaine au centre. Le Panthéon est le mieux conservé des monuments antiques, il date de 118-125 après Jésus Christ. Sa coupole est l'une des plus grandes voûtes en maçonnerie, jamais réalisées. La coupole est ouverte au centre, par conséquent lorsqu'il pleut, la pluie tombe au milieu du Panthéon. Scandale ! s'exclamerait tout bon maçon portugais, mais rassurez-vous l'eau s'écoule grâce aux trous percés dans le marbre au sol. Reposent dans le Panthéon les dépouilles de Victor Emmanuel II, d'Umberto 1er et de Raphaël ( sans sa caravane).

 

 

Nous poursuivons jusqu'à la Piazza Navona, un joyau baroque construit sur l'ancien stade Domitien ce qui explique sa forme, où l'on pourrait faire une bonne partie de foot. Pause photo devant la colossale Fontaine del Fiumi  conçue par Bernin en 1651. Derrière la fontaine se dresse le palais et l'église Sant'Agnese in Agone. Cette place nous fait penser à Montmartre avec une multitude d'artistes peintres et dessinateurs qui exposent leurs toiles en tous genres. Si nous avions plus de temps (et si nous étions rasés) nous nous serions bien faits peindre nos portraits.

Nous traversons la piazza Mattei avec l'élégante fontaine de la Tartarughe ( fontaine aux tortues) dessinée par Giacomo della Porta en 1584, pour arriver au Corso Vittorio Emmanuele II en passant devant la Chiesa Nuova qui est fermée, et arrivons devant le Palazzo farnese: siège de l'Ambassade de France. Il s'agit d'un palais Renaissance commencé par Sangalio le jeune en 1517, poursuivi par Michel-Ange en 1546 et achevé par Giacomo Della Porta en 1589. Tous les 14 juillets ce Palais accueille les résidents français. Dommage nous sommes en octobre, sinon nous aurions bien profité d'un agréable banquet aux frais des impôts français.

 

En fin de journée nous traversons l'Île Tiberine, qui selon la légende doit sa forme à celle d'un bâteau parti en Grèce à la recherche d'Esculape ( dieu de la Médecine) ; l'équipage ramena de ce voyage un serpent, symbole du dueu, qui s'échappa dans le Tibre, laissant le bateau se pétrifier au milieu des eaux. Depuis le XVIème siècle l'hôpital Fatebenefratelli occupe presque la totalité de l'île. De l'île nous avons une jolie vue sur les eaux animées du Tibre.

Nous terminons notre journée par quelques photos devant les Termes de Caracalla où nous arrivons trop tard pour y laver nos pieds qui commencent à donner leurs premiers signes de fatigue : Nuno a ses premières ampoules, mais nous trouvons tout de même la force de faire quelques brefs exercices physiques dans le parcours de santé du parc qui longe les Termes de Caracalla.

Ce soir au Mac Do on se demande s'ils ne mettent pas des somnifères dans leurs hamburgers car après la sœur somnolente, en face de nous un monsieur s'endort en mangeant…Etrange !

 

Les photos suiveront prochainement...

 

 



07/10/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres