les 7 nouvelles merveilles du monde

Tour des Cenotes de Cuzama, rencontre de Roberto, père et fils!

Samedi 31 octobre 2009 : Tour des Cenotes de Cuzama.

Cela fait un mois que nous sommes partis de Paris, le temps passe vite ! Depuis le 31 septembre nous avons vu des choses merveilleuses et avons profité de chaque instant! Plus que 5 mois avant les retrouvailles avec famille et amis ! On vous embrasse, on pense fort à vous !

Nous nous levons tôt et prenons notre petit-déjeuner à nouveau seuls. Raul dort toujours, son réveil a sonné plusieurs fois mais nous n'avons pas osé frapper à sa porte pour le réveiller. On espère qu'il se lèverfa à temps pour aller donner ses cours.

On prend un bus pour le centre de Mérida à 6 pesos par personne ( 3 pour les étudiants), d'où nous prendrons un colectivo pour visiter les cénotes. Les beautés naturelles de l'Etat de Yucatan sont innombrables, et parmi les plus importantes se trouvent les cénotes et les grottes.

Les Cénotes sont des cavités naturelles d'eau douce bleue et transparente, que l'on trouve dans les sous-sols du Yucatan, et qui nous rappellent que jadis cette région était recouverte par la mer. Les Cénotes étaient considérées par les Mayas comme le lieu de transition entre la vie et la mort, la porte du Paradis ou de l'Enfer. Il existe des Cénotes ouvertes formant une lagune, des Cénotes semi-ouvertes, et les Cénotes fermées comme des cavernes et donc moins accessibles mais plus impressionnantes. Un nouveau sport est né dans les Cénotes : la « spéléobuceo », qui consiste à parcourir les chemins et tunnels reliant les différents Cénotes, admirer les stalactites et les  cascades…

Il existe une multitude de cénotes dans le Yucatan. Nous choisirons les cénotes de Cuzama.

 Cuzama est chaque jour de plus en plus populaire par ces Cénotes. Le trajet entre les différents Cénotes se réalise en pleine nature, dans un « Truck » : une sorte de petit chariot tiré par des chevaux sur des rails, pendant 7 kms. Pendant quelques heures on se prend pour un vrai aventurier!

Les Cénotes principales de Cuzama sont « Chelentun », « Chansinic'che », « Bolonchoojol ». C'est l'un des lieux les plus visités de la Péninsule du Yucatan. 

Pour se rendre aux Cenotes de Cuzama depuis le centre de Mérida, il faut prendre un colectivo jusqu'à Cuzama à 16 pesos l'aller par personne. Le colectivo nous lache à 6 km des cénotes, contrairement à ce qui nous avait été dit à l'office de tourisme. Le chauffeur nous rétorque que les week-end le colectivo ne va pas jusqu'à la Hacienda Chunkanan, d'où partent les Trucks pour visiter les Cénotes. Il nous faut donc rejoindre la Hacienda située à 6 kms de Cuzama par nos propres moyens. On est ravis ! Plein de cyclo-taxi sont à l'affut, on se croirait en chine. Ils veulent 40 pesos par personne pour faire cette courte distance, pour finalement baisser à 10 pesos par personne sans que l'on demande quoi que ce soit. On refuse, c'est du vol et il fait beau ; on fera le chemin à pied. Nous marchons un peu, et tentons le stop. Nous sommes dans une journée de chance, ça mord au premier lancé. Deux jeunes fermiers locaux en camionnette s'arrêtent et nous proposent de monter à l'arrière de la camionnette. Le trajet est folklorique, la vieille camionnette fait un boucan d'enfer et vibre de tous les côtés. Ils nous déposent devant l'hacienda.

Le prix pour visiter les cénotes est de 200 pesos par truck ( pour 4 personnes maximum). Impossible de négocier, le prix est ferme et définitif. Il nous faut donc attendre l'arrivée d'autres personnes pour que le trajet soit plus économique pour tout le monde. Un premier groupe de 4 jeunes mexicains débarque, malheureusement ils sont déjà complets. Arrive un autre groupe de 5 mexicains, un jeune, trois trentenaires au gabarit de rugbymen, et un plus âgé. Ils essayent de monter à 5 dans un truck, mais vu leurs corpulences ils y sont trop serrés et nous plaignons l'animal qui aurait dû les tirer jusqu'aux cénotes. Finalement ils se séparent en deux groupes : les 3 plus costauds ensemble, puis le plus jeune et le plus vieux avec nous dans un autre truck.

 

Ils se présentent : « R1 » et « R2 », roberto père et fils.  On sympathise, le père est un représentant du syndicat de la banque nationale du Mexique, et le fils est étudiant en économie. Le père se déplace dans tout le pays et est actuellement en déplacement professionnel dans le yucatan, où il est resté en week-end prolongé ( en raison du férié de la fiesta de los muertos) avec son fils.

 

A bord du truck, nous parcourons les rails jadis utilisés pour transporter l'henequen. Il n'y a qu'une paire de rails, il faut donc descendre du truck et l'enlever des rails quand arrive un autre truck en sens inverse. Nous visitons les trois cénotes pendant 30 minutes chacun. Nous imaginions cela beaucoup plus petit, en réalité les cavités sont très grandes. L'eau y est bleu azur et tiède, c'est magique de s'y baigner. Les rayons du soleil qui pénètrent à l'intérieur des cénotes forment des faisceaux de lumières sur les parois et dans l'eau, c'est splendide !

 

Après la visite, nous échangeons nos mails avec R1 er R2 pour pouvoir s'envoyer les photos de la journée, puis nous nous quittons. Nous commençons à marcher vers la route principale pour prendre un colectivo vers Mérida. Arrivent R1 et R2, conduits par Rafael Alexandro l'un des trentenaires, ils s'arrêtent à notre côté et nous demandent quel est notre plan. On sait pas trop on comptait rentrer sur Mérida. Ils nous proposent de les accompagner à Progresso la plage la plus proche de Mérida. On accepte. Nous voilà partis avec eux, confortablement installés dans le 4x4 de Rafael, ce qui nous change des colectivos. Les deux autres nous suivent dans leur voiture, mais ne viendront pas avec nous à Progresso : à moitié du trajet ils nous quittent pour se rendre à l'aéroport.

Au bout d'une heure trente de trajet, nous voilà à Progresso, réputé pour ses plages calmes et plates où l'on peut marcher plusieurs centaines de mètres avant de ne plus avoir pied. L'eau d'habitude transparente est aujourd'hui un peu trouble en raison du vent et des vagues.

On se dirige ensemble au restaurant Flamingo's faire des découvertes culinaires. Ils nous feront goûter des plats typiques régionaux à base de poisson et crustacés. Succulent ! Nous testerons la téquila et la sauce à base de chile habanero, le piment le plus fort du Mexique et l'un des plus forts au monde !

 Défié par son père et Rafael, R2 s'enfilera un « chile habanero assado » en entier, sous sa forme la plus piquante ! un spectacle incroyable commenté par R1 qui annonce toutes les étapes : il devient d'abord rouge tomate, commence à suer du front puis de tout le corps,  ses yeux se mettent à pleurer, il commence à avoir du mal à respirer puis il a le hoquet…ça se calme, puis quelques secondes plus tard ça repart de plus belle ! Un bon moment de rigolade, R1 félicitera son fils, et se dira fier de lui : il est maintenant un vrai homme mexicain ! «  Hijo,aAhora tienes mi respeto ! »

Vient l'addition, ils veulent tout payer, on insiste pour payer notre part. Ils refusent finalement on fait un marché : ils nous montrent un tour de magie avec un cure-dent et si on arrive à le reproduire on paye tout, sinon on ne paye rien. On n'y arrive pas malgré tous nos efforts, ils paieront toute l'addition. Nous insistons pour rembourser notre part, ils nous proposent de laisser notre part en pourboire à César, le serveur que nous avons beaucoup sollicité pendant notre repas. Nous lui laissons donc les 200 pesos ( environ 10 euros). C'est la première fois de notre vie que nous laissons un pourboire aussi grand dans un restau ! Mais on a vraiment très très bien mangé, ça nous change du poulet grillé, et césar était toujours aux petits soins.

On sort, c'est nous qui offrons le dessert : des maquesitas, sortes de crèpes soufflées au fromage.

 On se ballade le long de la plage, le sable est fin, l'eau est chaude, la mer est redevenue calme…c'est très agréable. Puis vient l'heur de rentrer. Sur le trajet du retour on se fait contrôler par la police, panique à bord ! Rafael qui avait vu de loin la police, prend une pastille à la menthe et donne sa canette de bière à R2 qui la finit rapidement et cache les canettes vides sous le siège. ( il est interdit de boire dans les voitures au Mexique, même pour les passagers !). Le policier contrôle les papiers, ouvre le coffre et trouve la glacière avec des boissons et notamment des bières. Il rappelle à Rafael que c'est interdit. Rafael  leur explique alors qu'il recevait des amis et que nous avons visité la région toute la journée sous un soleil de plomb, il fallait bien se désaltérer.

R1 sort, touche quelques mots au policier…et au bout de quelques secondes, ils reviennent tous les deux dans la voiture en concluant : «  Dans le yucatan, il  y a toujours une solution pour tout »… Nous repartons donc, et ils nous déposent gentiment à côté de chez Raul. Ils nous proposent de les rejoindre le soir au Zocalo pour voir les cabanes avec les offrandes de la fiesta de los muertos, mais nous avions convenu de passer la soirée avec Raul. Ils nous souhaitent donc une bonne continuation de voyage, et nous échangeons nos numéros de téléphone pour nous revoir sur Mexico city avant notre départ vers le Pérou.

Arrivés chez Raul, on se douche on se change et on l'attend pour partir avec lui à une fête organisée par une de ses amies à l'occasion de l'inauguration d'une salle d'exposition et de cours d'article. L'ambiance est joviale, certains sont déguisés, il y a beaucoup de gringos qui étudient ou travaillent à Mérida. Derrière la salle d'expo il y a une petite cour, un DJ, les gens dansent, discutent, et boivent beaucoup de bière. A la fête on rencontre Mario, un autre jeune de Mérida qui proposait du couchsurfing, mais à qui nous avions préféré Raul.  Nous discutons un peu, il est vraiment très sympa.

Nous sommes fatigués, Raul nous ramène chez lui puis repart à une autre fête pour ne revenir que vers 9h30 du matin alors que nous prenons notre petit-déjeuner. Il nous fera goûter le Maté, sorte de thé naturel, très en vogue en Argentine et en Uruguay, que l'on met dans un récipient en bois où l'on verse de l'eau bouillante au fur et à mesure. Ça se boit avec une sorte de paille. Ce n'est pas mauvais mais plus fort que le thé traditionnel.



05/11/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres