les 7 nouvelles merveilles du monde

Tous les chemins mènent à Rome

Samedi 3 octobre 2009 :

Aujourd'hui, notre journée n'est pas programmée. On se laisse  guider par la carte touristique des transports, et par les multiples ruelles de Rome où il est difficile de se perdre.             

Tournée des églises :

Tout d'abord, on se dirige vers la Basilique  Sta Maria Maggiore.

 

 

Il s'agit d'une splendide basilique très bien conservée, qui porte la trace de tous les styles qui se sont succédés à Rome pendant plus de 1000 ans. Le long de la nef centrale 36 panneaux de mosaïques aux vives couleurs datant du Vème siècle retracent des scènes de l'Ancien Testament. La basilique est surveillée par un garde. Celui-ci ne voulait pas laisser entrer Carole car elle était en débardeur. Heureusement, à l'entrée de l'Eglise, il y avait des voiles blancs à disposition des touristes, à mettre sur le dos et permettant de cacher les épaules des femmes.

 

 

Ensuite, on part visiter la Cathédrale de Rome : S. Giovanni in Laterano qui, édifiée sur une basilique du IVème siècle, fut le siège de la Papauté jusqu'au XVème siècle. Le long de la nef centrale s'élèvent les 12 apôtres en statue. Les églises italiennes sont d'une incroyable beauté et d'une étonnante richesse : elles sont toutes ornées d'or.

 

 

L'heure du déjeuner approchant, nous allons faire un tour au marché  Vittorio Emmanuele II , au cœur d'un quartier très cosmopolite, pour acheter des fruits et du pain. C'est un vrai marché populaire et coloré qui offre une multitude de saveurs, odeurs et couleurs entre épices, légumes exotiques, poissons...L'ambiance y est joyeuse. On croise des dizaines de regards sympathiques et chaleureux. Une demie heure au marché Vittorio Emmanuele c'est un mini tour du monde : on rencontre des population de toutes les nationalités.

 

Pause déj à Piazza di Spagna :

Notre pause déjeuner s'est finalement déroulée à Piazza di Spagna. On utilise pour la première fois le couteau suisse offert par l'Etude Notariale de Boissy Saint Léger...(Un grand merci à tous, vous nous avez gâtés.)

 C'est une place triangulaire internationalement connue et toujours bondée de monde. Là aussi il existe une jolie fontaine : la Fontana della Barcaccia qui date de 1627_1629 ; elle serait l'œuvre du Bernin.

Rome est remplie de fontaines qui offrent toutes de l'eau fraîche et potable ce qui permet de s'abreuver régulièrement et gratuitement. Dans beaucoup de places des vendeurs ambulants vous vendent des petites bouteilles d'eau qu'ils ont rempli dans ces fontaines…Pratique et économique: nous avons de l'eau fraîche à toute heure de la journée : une fontaine n'est jamais très loin des lieux où nous passons. Rome est bien la ville aux mille et une fontaines. Nous nous installons sur les marches de l'escalier à paliers de De Sanctis parmi les romains et les touristes. Cette pause déjeuner nous permet aussi de reposer nos jambes, lourdement sollicitées par ces jours de ballades.

 

Nous montons ensuite ces nombreuses marches pour parvenir à l'Eglise Trinita dei Monti en haut du Pincio. Nous continuons notre chemin à pied et passons devant la Villa Médici qui est le siège de l'Académie de France depuis 1966 et l'ancienne demeure de Frédéric Mitterrand avant qu'il ait rejoint le gouvernement en tant que Ministre de la Culture.

 

Manifestation pour la Liberté d'Expression :

 

En poursuivant notre chemin, on arrive sur la Colline du Pincio qui offre une superbe vue sur la Piazza del Popolo où se déroule une manifestation pour la liberté d'expression avec des concerts en plein air. La Piazza del Popolo grouille de monde de tous les âges, styles et horizons ; la plupart brandissent des banderoles rouges ou des panneaux avec des messages. Au centre de la place on aperçoit l'obélisque Ramsès érigée en 1589 par Sixt Quint.

On pense d'abord qu'il s'agit d'une sorte de fête de l'Humanité à l'Italienne. Deux gentilles dames italiennes d'un certain âge et d'une certaine classe, nous expliquent en quoi consiste cette manifestation. En réalité cette manifestation est organisée par tous les journalistes italiens pour revendiquer la liberté de la presse et la liberté d'expression : « Diretto di sapere, devere di informare » ( Droit de Savoir, Devoir d'informer).  

Ce n'est pas d'une manifestation d'un parti en particulier : tous les partis sont présents et l'ensemble de la population s'est joint à la manifestation pour dénoncer la censure italienne et les entraves à leur liberté d'expression et leur droit à l'information. Il ne s'agit pas d'une manifestation directement contre Berlusconi, mais les vieilles dames nous avoueront que pour beaucoup il s'agit de montrer indirectement leur mécontentement vis-à-vis de la politique actuelle du gouvernement en place et leur désaccord face à la censure. Selon elles les italiens réclament la transparence et le droit de s'exprimer librement conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Pour l'occasion, une multitude de célébrités italiennes ( acteurs, chanteurs...) ont fait le déplacement pour soutenir le mouvement. La manifestation se déroule dans une ambiance bon enfant, on croirait assister à un concert en plein air. En raison de la masse de personnes réunies pour cette revendication, nous n'avons pas voulu descendre jusqu'à cette Piazza.

 

Ballade au cœur du parc de la Villa Borghese :

On continue à pied jusqu'à la Villa Borghese. Il s'agit d'un énorme parc avec lacs, fontaines, grands jardins et une arène pour chevaux. A notre avis il s'agit du plus beau parc de Rome. Ce vaste parc a été créé vers 1605 par Scipion Borghèse qui lui a laissé son nom. On passe devant le « Museo e Galleria Borghese),  la place de Siena et son amphithéâtre de pelouses, le lac et son temple à Esculape, de nombreux jardins, et la Galerie nationale d'art moderne… 

Première galère :

Etant fatigués, on décide de rentrer et d'acheter quelques courses au supermarché. On prend un premier bus sans trop savoir où il nous mène. Les contrôleurs viennent vérifier la validité des tickets. Pas de chance pour notre voisin qui n'a pas de ticket : pas de négociation possible, le contrôleur lui met directement une amende de 104 € (c'est énorme !). On quitte le bus pour prendre une correspondance. On monte dans le tramway, que l'on n'avait jamais testé.

Malheur : le ticket de Nuno est avalé par la machine ! Cela n'intéresse pas le conducteur. Un gentil italien essaye de retirer le billet de la machine mais sans succès. Au terminus : gare de Termini où nous devons descendre, nous expliquons au conducteur le problème : le ticket est valable encore plusieurs jours. Il nous faut absolument le récupérer sinon nous devrons racheter un abonnement pour les jours restant. Le conducteur nous dit qu'il ne peut rien faire et laisse un mot sur notre plan de la ville pour expliquer la perte du ticket afin d'en obtenir un nouveau. On part alors voir la personne aux tourniquets de la ligne B du métro qui nous dit qu'elle ne peut rien faire et qu'il faut aller voir celle de la ligne A qui nous renvoie au  guichetier du métro. Une partie de ping-pong où nous sommes la balle. Bref, c'est la faute de personne ou plutôt à "pas de chance" et ils ne peuvent rien faire : un ticket payé pour la semaine et il reste trois jours à Rome. On va donc prendre les bus avec un seul ticket et s'il faut prendre le métro, on expliquera le problème afin qu'on puisse nous ouvrir la porte. (Pour ceux qui critiquent la RATP, ne venez jamais à Rome: ici ce sont 3 sociétés différentes qui s'occupent de la vente des billets, de l'acheminement, et du contrôle...)

Du coup on est un peu démoralisé ce soir, mais ça passera vite. Des épreuves bien plus difficiles nous attendent… On part ensuite à la recherche d'un supermarché pour acheter notre dîner à la Piazza de la Repubblica.

 

Il s'agit une fois de plus d'une très jolie place où des grands hôtels luxueux ont pignon sur rue : les Romains ont le sens de la grandeur et de la splendeur.

On rentre pour dîner puis on repart au Mac Donald's pour mettre le site à jour. Ce Mac Donald's est décidément un site cosmopolite où l'on fait des rencontres inattendues:

Après la rencontre avec Alberto Filipe, ce soir devant nous une bonne soeur qui s'est endormie devant son repas ( ou qui prie depuis drôlement longtemps...). Dommage, si elle était éveillée elle aurait peut-être pu obtenir à Alberto un rendez-vous avec le Pape!

 

Bonne nuit!

 



04/10/2009
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres