les 7 nouvelles merveilles du monde

Visite de Palenque, Chutes de Misol-Ha et Agua Azul

Jeudi 29 octobre 2009 : Visite de Palenque

Le chauffeur de notre excursion vient nous chercher 2 min avant l’heure, du coup nous ne sommes pas prêts et la réceptionniste, une jolie jeune fille qui fait plus asiatique que mexicaine, vient nous chercher dans le hall à l’étage où nous sommes en train de mettre le blog à jour.  Nous rangeons nos affaires en catastrophe et les laissons à la réception vu que nous avons libéré la chambre. Nous récupérons d’autres touristes dans un autre hôtel au milieu de la jungle. Malheureux, ils sont américains ils ont donc payé le même pack que nous à 175 pesos par personne au lieu des 100 que nous avons payé. Le chauffeur et son collègue de leur hôtel en sont donc très contents et se taperont dans la main en signe de fierté d’avoir plumé des gringos. Cette réaction nous la verrons pendant tout le voyage au Mexique : les mexicains vouent une haine particulière aux américains, et essayent de les entuber dès qu’ils peuvent en leur demandant 4 fois le prix normal, soit 2 fois le prix demandé aux autres touristes ( à qui on demande déjà le double qu’à un local).

Pour certains ce n’est pas une méchanceté envers les américains, mais une sorte de justice géométrique à la romaine : s’ils ont les moyens ils doivent payer plus ! Ainsi s’ils payent par exemple 4 pesos une chose qui ne vaut qu’1 pesos, l’égalité sera respectée par rapport au pouvoir d’achat de chacun. La vraie égalité ce n’est pas d’être tous traités de la même manière, mais d’être traité en fonction de sa situation. A situation égale traitement égal, à situation inégale traitement inégal !

 Nous voilà donc partis en minibus pour une journée découverte des merveilles du coin.

 Nous commençons par la visite du site archéologique maya de Palenque. Le prix d’entrée à Palenque est de 51 pesos comme dans la plupart des sites archéologiques nationaux ( hormis Chichen Itza et Uxmal qui sont à 111 pesos). Là encore ils n’acceptent que la carte d’étudiant mexicain, il faudra donc qu’on retire du cash pour les prochains sites.  En arrivant sur le site il y a de nombreux guides qui proposent leurs services ( vous pouvez négocier le prix à 50 pesos par personne en groupe à partir de 5 personnes). Nous ne prendrons d’abord pas de guide, puis finalement à l’intérieur du site nous discutons avec un jeune local d’environ 15 ans, qui nous dit ne pas avoir école ce matin, et nous propose ses services de guide. Il connaît parfaitement le coin, la forêt, les plantes et la culture maya contrairement aux guides « officiels » qui ne donnent des explications que sur les ruines.

Pour 30 pesos nous voilà partis dans les coulisses de Palenque : les ruines rénovées et accessibles au public ne représentent que 2 % du site de Palenque ( selon une étude réalisée il y a quelques années par les satellites de la NASA). 98% sont encore ensevelis et cachés dans la jungle car les recherches et fouilles archéologiques sont très longues et couteuses. Nous contournerons d’abord les monuments pour pénétrer dans la jungle, où nous verrons des temples complètement recouverts de végétation, tels qu’ils ont  été initialement découverts par les explorateurs. Le jeune homme nous expliquera l’importance de la nature pour les mayas, et nous montrera des plantes médicinales aux vertus aujourd’hui mondialement reconnues. Nous traversons une végétation tropicale très dense à travers un petit chemin ouvert à la machette. Nous croisons lézards, iguanes, papillons et oiseaux multicolores…

Ensuite, nous pénétrons à nouveau dans le site et il faut rappeler au jeune homme ses engagements car il essaye d’écourter ses services. Il nous donne l’explication des principaux temples et nous continuons seuls la visite avant de redescendre jusqu’au musée à l’entrée du site où nous avons rendez-vous à 12h pour continuer notre excursion. Sur le chemin nous croiserons gros lézards et surtout un serpent vert fluo qui bizarrement n’avait pas peur de nous, au contraire il s’est dirigé vers nous en se redressant  et en agitant sa langue rouge et fourchue. On a pris quelques photos mais on n’a pas réussi à avoir sa tête car  un serpent se déplace beaucoup plus rapidement que ce que l’on croit, donc on n’a pas joué nos aventuriers inconscients. En montrant les photos à un guide agréé, il nous dira qu’il s’agit d’un serpent très téméraire qui n’hésite pas à attaquer l’homme. Mais selon lui il n’est pas très dangereux : il est très venimeux mais pas mortel ! Ha bah ça va alors !!!

Notre minibus est en retard de 30 minutes, avec d’autres touristes, dont deux brésiliens, qui ont rejoint notre groupe uniquement pour la visite des chutes l’après-midi. Etrangement ce n’est pas le même chauffeur. Celui-ci est tout aussi enrobé, comme 80% des hommes mexicains, mais plus petit que l’autre qui était anormalement grand. En effet les mexicains sont en général plutôt petits, pour vous donner une idée ici nous autres nous faisons partie des plus grands ! ( allé Adrien on te tend la perche !)

Sur le trajet des cascades, qui durera plus d’une heure, nous ne trouvons pas de distributeur automatique, le chauffeur avance donc pour nous le prix d’entrée aux chutes de Misol-Ha soit 20 pesos par personne.

On arrive devant le site de Misol-ha, surveillé par des gardes. Le chauffeur récupère les 20 pesos à chacun des touristes puis sort discuter avec les gardes, on l’entend il demande 12 tickets alors que nous sommes 14 touristes dans le minibus. ( Il gardera donc le prix de deux entrées pour lui…). 20 mètres plus loin, un panneau indique que tarif d’entrée est de 15 pesos par personne, nous demandons donc des explications au chauffeur qui nous sort qu’il faut ajouter  5 pesos par tête pour le passage de la route privée donnant accès au site…( le prix devrait alors être par véhicule et non par tête !) Bref une explication pas claire et bancale qui sent encore la corruption. A l’entrée de chacun des sites au Mexique ce sera la même histoire. Des types sans uniforme ou quelconque écusson se postent sur la route, sans panneau ni cabanon, à une cinquantaine de mètres avant l’entrée des sites et demandent un droit de passage à chacun des touristes (apparemment quand on passe à pied on peut éviter ces frais).

La cascade de Misol-Ha mesure plus de 35 mètres de haut. Le bruit de l’eau qui tombe est impressionnant, mais nous semblera certainement ridicule lorsque nous aurons vu les chutes d’Iguazu. On prend des jolies photos et on  se dirige vers la grotte, par un petit chemin entre la roche et les chutes. A certains endroits, on est obligé de traverser la cascade. On retourne au minibus trempés, en courant car tout le monde nous attend.

Direction les cascades d’Agua Azul. Là encore le même scénario se reproduit : il faut payer deux fois pour pouvoir entrer dans le site. On déjeune puis on se baigne entre les cascades dans les bassins naturels d’Agua Azul. L’eau est bleue azur et tiède. Certains endroits sont interdits à la baignade car trop dangereux en raison de la force du courant et de la hauteur des cascades. On continue notre chemin pour voir la naissance des chutes, le ciel devient gris, nous n’y prêtons pas attention alors que tous les locaux commencent à ranger leurs marchandises. On se dit que c’est la fin de la journée…Et d’un seul coup, un gros orage explose. Une pluie torrentielle tombe sur nos têtes, on a l’impression de recevoir des bassines d’eau ! C’est impressionnant. On se met à l’abri dans une cabane d’un local, mais l’heure tourne et nous sommes obligés de redescendre à notre point de rendez-vous. Heureusement nous avions pris nos chapeaux et nos imperméables avec nous (mais pas nos ponchos que nous n’avons toujours pas utilisé). Nous redescendons donc en courant sous la pluie épaisse et chaude, faisons une pause pour déguster des quesadillas et arrivons une nouvelle fois trempés au minibus. Nous ne pouvons pas nous plaindre c’est notre première journée de pluie depuis le début du voyage, alors que nous sommes encore dans la saison des pluies au Mexique.

En attendant le départ du minibus on discute un peu avec deux autres touristes de l’excursion, d’abord en anglais, ensuite en espagnol puis finalement en portugais car nous nous rendrons compte par leur accent qu’ils sont brésiliens. Ils sont du sud du brésil à la frontière avec l’argentine. Ils nous disent être choqués par la pauvreté du Mexique. En effet dès la sortie des sites touristiques il y a des villages sans égouts, sans eau courante ni électricité. Mais depuis l’Inde plus rien ne nous surprend. Selon eux le Brésil est bien plus développé à part dans les favelas de Sao Paulo et Rio de Janeiro. (Nous aurons l’occasion de le vérifier dans quelques mois).

On s’arrête au milieu de nulle part (certainement un arrangement au black entre les chauffeurs car normalement les grands bus ne s’arrêtent que dans les terminaux) car 4 personnes, deux dames et les deux jeunes brésiliens, doivent prendre un bus pour San Cristobal de Las Casas. Les deux dames rentrent dans le bus, mais pas les brésiliens. On ne comprend pas ce qu’il se passe. Le ton monte, puis le bus repart sans les brésiliens qui reviennent très en colère. Le bus était plein alors que leur place était normalement réservée, il fallait qu’ils restent dans le couloir pendant plus de 3 heures de  trajet en pleine nuit et dans des routes dangereuses.  Ils hurlent au scandale contre le chauffeur et menacent de téléphoner à la police s’il ne trouve pas une solution. Ils nous expliquent qu’ils ont payé 300 pesos par personne pour le tour des cascades (sans Palenque !) incluant transport, prix d’entrée aux sites, et ticket de car pour San Cristobal. Résultat, en plus d’avoir payé trop cher (Le prix de leur tour aurait du être de 200 pesos par personne max)  ils ont du repayé les entrées à chaque cascade et devront repayer le bus pour San Cristobal vu que celui-ci était plein! Ils sont dégoutés, ça nous rappelle nous en Inde. On leur conseille de négocier avec l’agence pour récupérer de l’argent et menacer d’appeler la police Touristique et Leur Ambassade.

Le chauffeur énervé conduit comme un fou sous les trombes d’eau, les gens mettent la ceinture de sécurité (pour les chanceux qui en ont). Carole ne se sent pas bien, il faudra gueuler sur le chauffeur à deux reprises pour qu’il calme sa conduite folle.

De retour sur la ville de Palenque, les brésiliens demandent à être déposés en dernier pour pouvoir discuter avec chauffeur et l’auberge qui leur a vendu le tour. Du coup le chauffeur nous lâche rapidement près de l’hôtel et ne nous réclame pas les 40 pesos qu’il n’a finalement pas avancés pour nous à Misol-Ha avec son tour de passe-passe.

On rentre à l’Hostal San Miguel récupérer nos affaires. Notre bus étant dans 2 heures, le personnel nous laisse rester dans le hall à l’étage pour nous changer et aller sur internet. Nuno en profite pour prendre une douche dans la salle de bains commune. Le réceptionniste monte et demande 20 pesos pour la douche, finalement nous n’aurons pas à les payer.

On part acheter nos billets car de San Cristobal à Merida pour 364 pesos par personne, puis dinons au Terminal ADO avant de passer la nuit dans le bus.



05/11/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres