les 7 nouvelles merveilles du monde

Visite des íles Uros et Amantani sur le Lac Titicaca

Vendredi 4 décembre 09 : Visite des îles Uros et nuit sur Amantani

 

Levé matinal comme d'habitude, pour un tour de deux jours sur les îles du Lac Titicaca. On doit venir nous chercher à 7h50 devant l'hôtel. on attend depuis 20 minutes mais personne ne vient. On espère qu'on ne va pas nous refaire le coût de l'autre soir à Chivay…Finalement, une dame vient nous chercher vers 8h15 et nous conduit jusqu'au minibus déjà plein d'autres touristes venant des quatre coins du monde : japon, Italie, Pérou, Brésil, Suisse, Etats-Unis. Le chauffeur nous dépose au port de Puno, qui est le point de départ vers les îles du Lac Titicaca.

 

Topo sur le Lac Titicaca :

Perché à 3810 mètres d'altitude ( la hauteur du lac varie en fonction de l'eau qui s'en échappe et de l'eau qui y rentre par les pluies et les rivières qui s'y déversent), le Lac Titicaca, au cœur de l'altiplano, est le plus haut lac navigable du monde. Sa profondeur maximale est de 270 mètres, il mesure 175 km de long et s'étend sur 8340 km carrés ! Il faut une bonne journée pour traverser le lac en bateau, même si les montagnes qui l'entourent semblent toutes proches. La légende raconte que c'est d'ici que serait originaire le peuple Inca : le descendant du Dieu Soleil, Manco Capac, est sorti des eaux du lac et a dirigé sa tribu jusqu'à Cusco, devenue la capitale de l'empire Inca. Un trésor Inca dormirait au fond du Lac Titicaca, ce qui a conduit le commandant Cousteau a y mener des fouilles sous-marines. Mais ses troupes n'ont fouillé qu'une infime partie du lac, et n'ont rien trouvé.

Une autre légende raconte que le Lac Titicaca est né des larmes de tristesse du dieu Soleil  qui pleura  40 jours sans s'arrêter car des dieux envoyèrent des pumas pour punir et tuer les hommes de  la vallée qui bravèrent l'interdit en se rendant dans les montagnes. Les pumas moururent alors noyés et furent alors transformés en pierre au fond du lac. Le nom de Titicaca est d'ailleurs le fruit de cette légende, et signifie « rocher du Puma » en Aymara. Mais scientifiquement, le lac Titicaca est né du choc entre l'Amérique du Sud et la plaque océanique du Pacifique il y a 65 millions d'année, qui a enfermé cette énorme lagune.

 

Départ en bateau vers les îles Uros :

On entre dans le bateau dirigé par un jeune couple péruvien, et nous voilà partis pour naviguer sur les eaux du Titicaca. Au bout d'une heure à bord, nous faisons un arrêt aux iles flottantes Uros, ainsi appelées en référence au peuple qui y vivait. L'archipel Uros contient une quarantaine d'iles, sur lesquelles vivent environ 2000 habitants. La plupart sont des descendants des Uros, le plus vieux peuple au monde vivant sur des îles flottantes. Nous débarquons sur une toute petite ile. Notre guide nous donne  quelques explications sur le Lac Titicaca et sur la création des iles flottantes d'Uros. Ce sont des iles artificielles créées par les hommes à l'aide de nombreuses couches de roseaux flottants d'environ 3 mètres d'épaisseur. La base de l'île est immergée et ressemble à des blocs de terre reliés les uns aux autres à l'aide de cordes. En réalité elle est formée de racines emmêlées. Ces mêmes roseaux sont utilisés pour construire les huttes, les meubles, les barques, et la partie blanche à l'extrémité des roseaux est même comestible! Pour empêcher les îles flottantes de bouger avec les vagues, on les attache les unes aux autres. Au départ les îles étaient plus au milieu du lac, mais on les a rapprochées afin de les ouvrir au tourisme.

Après ces quelques explications, on fait le tour de la mini île d'environ 10 mètres carrés. On visite  les maisonnettes des locaux qui nous proposent leurs souvenirs et marchandises artisanales, qui sont leur principale source de revenus. Ils mangent essentiellement du poisson du lac, de la canne, et des pommes de terre qu'ils arrivent à faire pousser sur l'île. Le reste des denrées, ils les obtiennent en se rendant à Puno en faisant du troc avec leurs marchandises. Le modeste peuple Uros est très respectueux de l'environnement et de la nature. C'est amusant de voir de modernes panneaux solaires sur leurs habitations rustiques. Sur chaque île, les femmes sont toutes habillées de la même façon, avec des couleurs très vives.

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de rejoindre la deuxième île à bord d'une petite embarcation en roseaux, conduit par un indien Uros, pour 10 soles par personne. Pour notre part, nous nous rejoignons la seconde île à bord de notre bateau à moteur. Cette seconde ile Uros est purement touristique, il n'y a point d'habitations. On y trouve seulement des petits stands de produits artisanaux et même un restaurant pour touristes.

Après une demi-heure, on reprend le bateau pour plus de 3h30 de navigation en direction d'Amantani, la deuxième plus grosse île du Lac Titicaca, après la Isla del Sol du côté bolivien.  Le soleil étant au rendez-vous, on en profite pour s'allonger à l'extérieur du bateau et faire une petite sieste dorée. Arrivés sur le port d'Amantani, plusieurs femmes nous attendent pour nous accueillir chaleureusement, et nous répartir en petits groupes chez les différentes familles de l'île. Chaque groupe suit donc sa « mama ». Nous serons hébergés par Augustina, la « présidente » de la coopérative des villageois qui gère l'écotourisme sur l'île. Une partie du prix payé par les touristes comme nous qui visitent l'île est directement versée à la coopérative, qui répartit l'argent entre les différentes familles locales accueillant les touristes. Nous partagerons notre chambre avec Cristian, un italien avec qui nous avions  fait connaissance sur le bateau. Au début, il manque un lit dans la chambre, mais Augustina rajoutera un matelas par terre pour Cristian.

Sur Amantani, la famille qui vous héberge vous fait partager le quotidien des villageois sur l'île et vous offre déjeuner, diner et  petit déjeuner locaux. Nous déjeunons une soupe, et en plat des patates avec tomates et œufs durs. C'est simple mais bon. Après le déjeuner, nous nous reposons quelques instants avant de rejoindre les autres groupes. Nous avons tous rendez-vous à 14h sur la place centrale d'Amantani. Augustina, notre mama, nous y emmène. Nous sommes les premiers arrivés au point de rendez-vous.

Une fois tout le monde arrivé, le guide nous donne des explications sur la ville. Nous montons ensuite jusqu'au sommet de l'ile où se trouvent deux temples, ou plutôt leurs vestiges, qu'on ne peut pas visiter car ils sont fermés. Nous n'en verrons qu'un seul: celui consacré à « la pachamama » : la Vierge Mère de la Terre, divinité Inca toujours idolâtrée par les populations andines actuelles. La montée dure une heure, nous passons par des paysages grandioses qui nous donnent la force d'arriver jusqu'au sommet à plus de 4000 mètres d'altitude. Une fois au top de l'île, nous faisons 5 fois le tour du Temple pour faire un vœu, puis assistons au splendide coucher de soleil. Le lac Titicaca est un endroit magique qui mérite bien le titre de merveille naturelle du  monde !

On redescend bien évidemment plus rapidement qu'à la montée jusqu'à la grande place où chaque mama est censée attendre son groupe pour rentrer diner. Nous attendons quelques instants qu'Augustina arrive avec sa lampe torche pour nous guider jusqu'à chez elle. Par ici il fait nuit tôt et il n'y a pas d'électricité sur l'île, les gens se baladent donc avec une lampe torche ou une lampe frontale. Arrivés chez elle, le diner est prêt : une soupe d'une autre sorte que celle du midi, et du riz avec un « revuelto de verduras ». Encore une fois c'est très bon.

Après le dîner, notre mama nous habille avec les costumes traditionnels de l'île car nous avons tous rendez-vous à 20h à la salle communale afin d'assister à une fête folklorique avec un orchestre d'étudiants qui joue de la musique traditionnelle pendant que les villageois et les touristes dansent. Tous les garçons portent un poncho et un bonnet, tandis que les filles sont vêtues d'une jupe, un chemisier, une ceinture, et un châle. Augustina a tellement serré le tout que carole en a du mal à respirer et avec toutes les couches de vêtement, on dirait qu'elle a pris 10 kg d'un coup !

Le groupe des jeunes étudiants commence à jouer de la musique folklorique, et on se met tous à danser en créant un cercle. Ça à l'air anodin et simple mais en réalité il y a des pas de danse bien précis! Après une bonne dizaine de danses on est tous fatigués, et notre mama nous propose de rentrer. Nous la suivons donc pour aller nous coucher après cette journée de découverte de la vie communautaire caractéristique de la ville d'Amantani. Après un passage aux toilettes qui se trouvent au fond du jardin, comme la cabane du pêcheur, nous nous endormons rapidement.

C'était une expérience enrichissante : malgré leurs conditions de vie rustiques et leur pauvreté, ils nous ont fait partager des moments inoubliables.



22/12/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres