les 7 nouvelles merveilles du monde

Visite du Colisée

2 octobre 2009 : Visite du Colisée : la première des 7 nouvelles merveilles du Monde.

 

 Aujourd'hui nous sommes le 2 octobre 2009, c'est la date d'anniversaire du Mahatma Gandhi, mais également celle de la maman de carole, puis accessoirement la mienne aussi. Merci à toutes les personnes, famille et amis qui ne m'ont pas oublié. Vos messages m'ont fait super plaisir. Merci Mélissa, Agathe, Carine, Carla, Gwenola, Ma boss, Minh-Tam, Frank, David et Sandrine , nos parents et tous les autres.

 

10h30 petit-déjeuner devant le Colisée : on prend des forces avant les longues heures de marche qui nous attendent. A l'entrée beaucoup de monde: beaucoup de touristes de toutes nationalités, des vendeurs ambulants proposant souvenirs ou boissons, et des romains déguisés en gladiateurs pour proposer une belle photo souvenir aux touristes moyennant une petite pièce.

De dehors, le Colisée est impressionnant, la bâtisse est imposante, on se sent tous petits. On pense donc que le nom de « Colosseo » lui vient de sa taille colossale. Nous apprendrons plus tard qu'en réalité, le nom de Colosseo avait été donné à l'immense statue de Néron qui avant sa destruction, se trouvait devant l'amphithéâtre qui hérita alors de ce nom.

 

11h00 : Entrée  dans le Colisée, deux queues : l'une pour acheter les billets, l'autre avec beaucoup moins d'attente pour les personnes déjà munies de billets ou pour ceux qui souhaitent louer un audio-guide pour la visite du Colisée. Nous optons pour la deuxième solution:  l'audio-guide car nous voulons avoir  les explications et commentaires sur la visite de notre première merveille du monde, et en plus il y a moins de queue.

Contrairement à ce qu'annonce le site www.isic.fr , l'audio-guide n'est pas gratuit pour les étudiants : le prix est de 4,50 euros par personne ( en espèces, comme dans la plupart des endroits à Rome)  en plus des 12 euros par personne pour le pass d'entrée commun aux 4 monuments : Le Colisée, Mostra, Forum Romain, Palatino ( ce n'est pas qu'une boîte de nuit à Paris…).

Nous entrons dans le plus bel amphithéâtre du monde romain, inauguré en 80 après Jésus Christ par Titus qui organisa pour l'occasion 100 jours de « Jeux ». Ces 100 jours coûtèrent la vie à pas moins de 2000 gladiateurs et 900 bêtes. Sur 3 niveaux, 55 000 spectateurs assistaient au spectacle. Les spectateurs étaient répartis en fonction de leur rang social : les sénateurs au pied de la scène, les riches familles au premier étage dans des loges et balcons confortables, puis la population moins aisée dans les gradins des étages supérieurs auxquels on accédait par des escaliers et pentes très abruptes.

 

« Mais ils sont fous ces romains ! »

Les Jeux étaient organisés et financés par les riches familles pour divertir la population romaine et montrer leur suprématie. Il y avait essentiellement deux sortes de jeux : les luttes des gladiateurs contre les animaux, et les luttes entre animaux exotiques très appréciées des romains.

Ces luttes se déroulaient au centre de l'amphithéâtre dans « l'Arène », qui porte ce nom car le plancher en bois était recouvert de sable pour récolter le sang des gladiateurs ou des animaux blessés ou bien tués. Aujourd'hui, il ne reste qu'une petite partie de l'Arène : le reste a été détruit par les séismes et incendies.

 

Les combats  se déroulaient jusqu'à ce que mort s'en suive. Les gladiateurs  pénétraient dans l'Arène par la grande porte d'entrée, et sortaient par la porte opposée en vainqueurs acclamés ou morts hués. Seuls les plus vaillants gladiateurs, qui lourdement blessés après avoir offert un bon spectacle au public à travers un combat héroïque, pouvaient obtenir « la grâce ». Cette grâce était accordée par l'Empereur. Dans les faits, l'Empereur suivait l'avis du public à qui il demandait s'ils voulaient offrir la vie ou la mort au gladiateur en péril. La perte d'un bon gladiateur coûtant énormément d'argent, l'Empereur donnait assez souvent sa grâce pour les sauver. L'espérance de vie moyenne des gladiateurs était de 30 ans, mais les plus téméraires choisissaient ce métier à hauts risques pour devenir riches et célèbres.

 

Sous l'Arène se trouve un impressionnant réseau de souterrains qui contenaient machineries, cages des animaux et décors pour les mises en scène des combats. On observe également un long couloir qui traverse d'un bout à l'autre le souterrain du Colisée jusqu'à la maison des gladiateurs à l'extérieur.

 

Si on ferme les yeux quelques instants, on imagine bien l'ambiance qui devait régner dans l'amphithéâtre lors des Jeux. La construction est impressionnante, la marque des siècles d'histoire qui hantent les lieux est saisissante. Nous sommes émerveillés par cette œuvre réalisée par l'homme il y a presque 2 000 ans…On comprend que le Colisée ait été élu l'une des 7 nouvelles merveilles du monde créées par l'homme.

 

 

A la sortie du Colisée, se trouve le magnifique Arc Constantin, construit pour afficher la suprématie du peuple romain sur le monde, face à la Via di San Gregorio qui sépare le Mont Célio à gauche, du Palatino à droite où nous continuons notre visite, après avoir acheté un trépied pour caméra à un vendeur à la sauvette avec qui nous avons longuement négocié le prix. Décidément les indiens sont très sympathiques mais durs en négociation, cela s'annonce prometteur pour notre étape en Inde d'ici une semaine…

 

Surplombant le Forum Romain, la colline du Palatino abrite les ruines des Palais Impériaux : la Domus Flavia (résidence officielle), le cryptoportique qui est un tunnel reliant la Domus Aurea ( Villa dorée que Néron s'est faite construire sur un quart de la surface de la ville, à la mesure de sa mégalomanie), la Domus Augustana, le Stade, la Casa di Livia…La promenade entre ces vestiges est splendide, le soleil de plomb fait ressortir les plus belles couleurs des pierres.

 

Nous arrivons au Forum Romain : le cœur de la Rome Antique. Le Forum était un centre politique, religieux et commercial de la République Romaine. Le forum s'articule autour du Comitium ( place où le peuple venait écouter les magistrats), de la Curia ( siège du Sénat), des basiliques couvertes (centre des affaires judiciaires, politiques et économiques) et des lieux de culte ( Temple de Saturne, des Dioscures, de Vesta).

A l'époque impériale, le Forum est ponctué d'arcs de triomphe à la gloire des empereurs romains et de leurs victoires. Le Forum romain devient rapidement le symbole de la grandeur du peuple de Rome.

 

 

 

Au-dessus du Forum Romain se trouve le Campidoglio ( Capitole) dessiné par Michel-Ange au XVIème siècle. Il s'agit de la première place moderne de la ville, conçue comme une grande terrasse s'ouvrant sur la ville et surplombant le Forum Romain. Les musées Capitolini de chaque côté de la place abritent les toiles des plus grands maîtres italiens des siècles XIV à XVIII, des bustes des empereurs, la fameuse Louve (V-VIème siècle), et dans la cour, la tête et la main d'une colossale statue de Constatin.

 

Après 5 heures de visite et de marche, les jambes commencent à se faire lourdes, les ascensions sont de plus en plus difficiles, et l'estomac se met à grogner. Il est le temps de rentrer et de manger. Nous faisons quelques courses et rentrons nous reposer à l'hôtel où en regardant les photos de la journée nous nous endormons illico pour une bonne sieste de 2 heures.

 

Cette journée a été aussi épuisante qu'intéressante culturellement. Hâte de voir les 6 autres merveilles du monde !

 

Le soir : Dîner sympa en tête à tête ( forcément on est toujours que tous les deux…) dans le centre commercial de la Gare de Termini. Nous mangeons des bonnes « pasta »…

Plus tard, nous rencontrons Alberto Filipe, un petit monsieur au grand cœur. Un personnage très intéressant et sympathique qui mène depuis 4 ans une campagne de lutte contre le racisme et contre la faim dans le monde. Depuis un match de Foot du Barcelone contre Saragosse, pendant lequel Samuel Eto'o a été hué par les supporters de Saragosse qui faisaient le bruit du singe à chaque fois qu'il touchait la balle, Alberto a décidé de faire passer un message de tolérance, partage et amour :

 

« Black is beautiful, mais les buts d'Eto'o sont encore plus beaux et c'est cela qui compte ! » Ce message a été repris par des commentateurs de foot, et Alberto essaye de le véhiculer en voyageant aux 4 coins de l'Europe avec ses T-Shirts et écriteaux. Il a obtenu le soutien d'énormément de personnalités, en témoignent toutes les photos sur son blog ( de nombreux athlètes : Zidane, Totti, Eto'O, Ronaldinho, Pauleta, Contador… ; des artistes : Yannick Noah, Jamel Debouze, Cali… mais également des personnalités politiques comme Rama Yade, François Hollande , Rachida Dati, Carla Bruni, Sarkozy, et même Berlusconi ; mais également le grand Imam, le grand rabin, il ne lui manque plus qu'une photo avec le Pape pour que les 3 religions aient contribué à porter ce message de paix.

Voici son site : http://blackandwhite.zeblog.com

 

A notre tour nous posons avec lui pour porter notre pierre à cet édifice de lutte contre le racisme. Cette rencontre a été très intéressante, et enrichissante. Surprenant : cela s'est passé le jour de l'anniversaire du Mahatma Gandhi…

Comme lui, essayons tous de véhiculer ce message de paix, d'amour, d'aide du prochain et de non-violence !

 

Samedi 3 octobre 2009 : A venir...



04/10/2009
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres